mercredi 7 mai 2008

Plus encore que des loups, gardez vous des agneaux.

Lors d'un rêve spécial, je suis attaché sur un lit quand un personnage au visage d'une douceur infinie se dirige vers moi.
A un moment, il sort une longue lame affutée de derrière son dos et avec toute la délicatesse dont il est capable, il se met à me découper en fines tranches en commençant par la plante des pieds.
Il exécute sa tâche avec beaucoup de bienveillance et semble complètement insensible à mes hurlements.

Ce fut la première fois depuis bien longtemps qu'une légère crainte m'a saisi. Toujours le même effet de surprise de constater que la plus extrême violence est parfois cachée chez ceux-là dont on en attend le moins :

La douceur est l'arme des faibles et elle est bien plus terrible que n'importe quelle violence quand elle est utilisée à seule fin de vous attacher.

Crédit image : Le Supplice de Marsyas I - II ap JC, Musée du Louvre

3 commentaires:

ariaga a dit…

Le supplice fait partie des processus alchimiques. Il symbolise le supplice de la matière. Un rêve Alchimique ?

Milun a dit…

>Un rêve Alchimique ?

Vous vous en souvenez d'autres ?

>Il symbolise le supplice de la matière.

Oui, la 5ème épreuve est assez terrifiante.

Milun a dit…

Merci pour votre passage de ce côté-ci