samedi 28 juin 2008

Savoir nourrir le feu

"Jusqu’où la société peut-elle aller sans compromettre l’équilibre général des besoins et des aspirations de chacun ?".

La question révèle le problème :

Tout serait une question de dosage subtil entre l’individualisme et son environnement .

J’utilise le mot "environnement" car le mot société me parait réduire le problème - certains y auraient peut-être même préféré le mot "écologie" pour éviter l’ethnocentrisme, ce qui aurait donné:

"Tout est une question d’alchimie entre l’individu et son écologie".

Or toute bonne alchimie, n’a pas de solution toute faite et repose essentiellement sur le long travail de l’Adepte sur chacun des composants et même ... dans le cas de composants conscients, des composants sur eux même.

Apprendre à se connaitre, à s’entendre, à s’intégrer: "savoir nourrir le feu", voilà ce qui était / est /sera toujours le véritable travail.

Et tu ne sais nourrir le feu que lorsque tu l’écoutes, tout autant que tu t’écoutes toi-même.

4 commentaires:

CPatricia a dit…

Oui , d'un feu semblable à la musique qui nous accueille sur votre blog: une flamme qui éclaire mais ne consumme pas . MERCI

Milun a dit…

C'est moi qui devrait te remercier, si tu as su créer, de ton passage ici, un peu de lumière.

Vraiment, tes mots m'ont réchauffé le coeur.

ariaga a dit…

Tu ressens bien ce qu'est l'alchimie spirituelle. Peu de gens le comprennent et le mot alchimie est mis à toutes les "sauces". Amitiés.

Milun a dit…

Je suis comme la pierre qui sent à chaque instant le biseau du tailleur.
Id-M